Formation bien préparée, le début de l’efficacité

formation de formateurs

Avez-vous déjà vu un marathonien franchir la ligne d’arrivée sans entrainement ? Avez-vous déjà vu un chanteur d’opéra œuvrer devant une salle pleine sans avoir fait quelques vocalises ? Avez-vous déjà vu une personne passer son examen de conduite sans avoir effectué son nombre d’heures légal avec son moniteur ? Non ? Et bien c’est la même chose pour un formateur : il a besoin d’être préparé avant d’entrer en scène !

Préparer sa formation, c’est déjà connaitre les fondamentaux de l’animation

La préparation d’une formation commence par la connaissance de son socle : une animation est constituée de 3 piliers que sont les apprenants, le contenu, et le formateur. Si ce dernier sait qu’il doit préserver l’équilibre entre ces 3 piliers, alors il commence déjà à se préparer à sa prochaine dispense.

Le commencement de la préparation se situe donc dans l’état d’esprit du formateur.

S’il se conditionne en tant que facilitateur et s’il est pertinent dans le choix de ses méthodes (cela fera l’objet d’un futur billet), il est déjà quasiment prêt. Attention, j’ai dit « quasiment » !

Préparer sa formation, c’est avoir la mesure de l’efficacité en ligne de mire

N’y allons pas par 4 chemins : une formation est efficace dès lors où les objectifs visés sont atteints. Des objectifs pédagogiques qui permettent de répondre aux objectifs opérationnels attendus…

Ma mission de formateur est de faire en sorte que mes stagiaires puissent appliquer correctement les méthodes transmises, ou utiliser efficacement les outils abordés à l’issue du stage. Là, nous ne parlons même plus d’importance, c’est ni plus ni moins que l’objectif prioritaire d’une formation.

Alors, cette mesure de l’efficacité (qui finalement est le verdict, la finalité de la formation), à quel moment intervient-elle selon vous ? Pendant la formation ? Après la formation ? Et bien les 2 mon capitaine !

Que ça soit en salle ou après plusieurs journées de pratique post-formation, nous pouvons observer les retombées espérées. Ah, là, je vois que ça fait « tilt » chez les connaisseurs du modèle Kirkpatrick

Bref, rien de plus naturel (et de primordial) que de s’assurer que la formation a produit l’impact désiré. Et cet impact doit devenir la lubie de tout animateur qui prépare sa formation.

Préparer sa formation, c’est se fixer un bon cap…et le tenir

Je viens de parler de « lubie » ; qu’on va transformer en « cap à tenir » durant la formation.

Je sais où aller, c’est déjà bien, non ? Reste à savoir comment y arriver.

Je vous donne ma façon de procéder lorsque je prépare une formation : je choisis le type de formation selon les domaines d’apprentissage visés, je collecte les idées, les trie, les organise en insérant des méthodes pertinentes, et je rédige mes objectifs pédagogiques globaux et intermédiaires. Ces objectifs constituent ma boussole pendant ma préparation mais aussi pendant la dispense. Ainsi guidé, je peux me concentrer sur l’apprentissage de mon public.

Rappelons-nous que sans préparation, l’animateur avance à l’aveugle et il se détourne donc du principal : la réussite de son animation. Si tout est clair dans l’esprit du formateur par rapport à la session qu’il va animer, les résultats espérés seront plus facilement atteints. La formation « Animer efficacement une formation » contient bien évidemment cette partie préparation.

Alors, à vos marques, prêts, préparez !!

preparer-formation

Ludovic Francisque
Formateur pour Teleperformance Academy France