Formations digitales : quels outils choisir dans le présentiel ?

choiisir-les-bons-outils-du-digital

« Quel outil je vais bien pouvoir prendre pour faire cette formation ? »

C’est la grande question à laquelle toute personne dans l’univers de la formation se retrouve confrontée dès qu’on parle Digital. Pour de nombreuses personnes, dont votre serviteur, cette question était un véritable obstacle dans le développement de mes activités.

J’ai donc choisi de vous faire partager mon expérience afin de vous guider pour répondre à cet épineux problème du choix des outils… qui n’est, en réalité, absolument pas épineux, comme vous allez le comprendre au fur et à mesure de ce billet.

Allez, c’est parti, déminons ensemble le terrain.

Pourquoi ?

Pourquoi, c’est la première question que vous devez vous poser.

Pour quelles raisons vais-je utiliser un outil digital ? Pour quoi faire ? Dans quel but ? Quel est l’objectif que je cherche à atteindre ? Quelles sont les modalités qui me permettraient d’atteindre ces objectifs ?

Digital, c’est un peu le « buzzword » 2016 et sans doute, celui de 2017. Du coup, tout le monde souhaite passer au digital, veut investir des sommes parfois phénoménales dans des outils pour l’unique raison suivante « Ok mais il faut faire du digital ! ». A mon grand désarroi.

Si vous vous reconnaissez dans cette déclaration, continuez la lecture, nous devons nous parler, vous et moi.

En réalité, nous avons tendance à prendre le problème « à l’envers » : on souhaite rajouter du digital et on installe ou achète des outils pour se faire, alors qu’il faut d’abord définir ses besoins afin de trouver, ensuite, l’outil à installer ou à acheter.

Digital : définir les objectifs et le besoin

Une fois ce constat accepté, il faut faire la part des choses entre ce qui peut être passé au format digital et ce qui doit absolument rester au format présentiel.

Certaines activités comme des mises en situation, des formations en situation de travail ou des études de cas doivent se faire avec le formateur, qui endossera aussi le rôle de coach, d’accompagnateur.

D’autres activités en revanche, comme des connaissances générales ou des apports théoriques, peuvent être basculées en e-learning, au sens large : via des vidéos, des présentations interactives, infographies et autres documents et supports.

Pour définir l’outil ou les outils qu’il conviendra d’utiliser, il faut donc en revenir aux fondamentaux de toute formation : les objectifs pédagogiques. On se demandera ensuite « de quoi j’ai besoin pour atteindre cet objectif-là ? » et d’un coup, tout deviendra clair, la vie sera plus belle, la formation plus facile à construire ou reconstruire, l’être aimé reviendra et il n’y aura plus de spam dans votre boite mail… Bon, peut-être pas, mais vous avez compris le principe ;).

Les outils du digital

Bon, maintenant que vous avez eu le déclic nécessaire et que vous avez pris le problème « dans le bon sens », reste un problème de taille : les outils, lequel choisir ?

Comment savoir quel outil fait quoi ? C’est gratuit ou pas ? Comment connaître les fonctionnalités de l’outil ? Lequel est le plus adapté à mon besoin ? Pourquoi celui-là semble mieux que l’autre ? La version gratuite ou pas ?

Déjà les questions sont nombreuses, « et c’est pas terminé » : est-ce que je peux utiliser cet outil sans problème ? Est-ce qu’il me faut des compétences d’administration système ? De graphiste ?

Les questions sont nombreuses, comme je le disais. C’est cette phase de recherche qui vous prendra le plus de temps et là, pas de recette miracle, il faut creuser.

Creuser dans la myriade d’outils disponibles çà et là, les essayer, tester les fonctions gratuites, observer celles qui sont payantes. Si vous êtes formateur au sein d’une entreprise, il faudra défendre votre projet, expliquer pourquoi vous avez besoin de tel outil afin de valider la demande. Sans oublier qu’en fonction de votre activité, certains outils ne seront tout simplement pas utilisables pour des raisons de confidentialité des données…

Bref, un véritable cauchemar plus que chronophage mais malheureusement nécessaire.

Pour vous aider dans vos démarches, sachez qu’il existe des sites, comme http://c4lpt.co.uk/top100tools/best-of-breed/, qui propose un classement des outils existants, en fonction de pas mal de critères, d’usages et qui vous fera un bref résumé de l’outil, ses forces et ses faiblesses, s’il est gratuit ou « freemium », c’est-à-dire gratuit jusqu’à un certain point.

Personnellement, j’utilise la référence donnée juste avant, j’ai gagné environ 150 000 ans de travail et évité bien des arrachages de cheveux avec Google pour trouver quel outil fait quoi.

Alors, on résume ensemble :

  • d’abord, il faut prendre le problème « dans le bon sens » : partir des besoins que vous avez pour trouver un outil qui pourra y répondre et pas « déployer du digital parce que c’est vraiment méga super bien et que tout le monde le fait ».
  • Ensuite, il faut chercher dans l’existant et réussir à concilier vos exigences et vos besoins avec les fonctions de l’outil.
  • Enfin, il faut vous familiariser avec l’outil, le tester, manipuler, le tout avant la date ultime de votre formation, évidemment.

Bonne découverte et, si vous le souhaitez, je peux vous présenter quelques outils et vous expliquer comment s’en servir, n’hésitez pas à échanger dans les commentaires !

Jérôme Mauvais
Formateur pour Teleperformance Academy France